Skip over navigation
Mountain Bike
newsTag:
newsid: 179136
Mountain Bike

Atherton et Hart offrent à la Grande-Bretagne les titres de Descente

Danny Hart
Danny Hart

Les Championnats du Monde Mountain Bike UCI 2016 de Descente se sont achevés dimanche à Val di Sole, en Italie, avec l’attribution des maillots arc-en-ciel des catégories Junior et Élite. Rachel Atherton (Grande-Bretagne) a couronné une saison parfaite en conservant son titre chez les Élite Femmes, tandis que son compatriote Danny Hart s’est imposé en Élite Hommes. Le Canadien Finnley Iles et l’Italienne Alessia Missiaggia, devant son public, ont respectivement dominé les catégories Junior Hommes et Junior Femmes.

Atherton réalise actuellement une série victorieuse sans précédent, avec 13 succès consécutifs en Coupe du Monde, dont elle a remporté toutes les étapes en 2016, et ce deuxième titre mondial d’affilée, le quatrième de sa carrière. Passée en tête aux deux pointages intermédiaires sur une piste difficile et poussiéreuse, la Britannique a terminé en 4’20’’187. Deuxième coureuse à s’élancer, Mio Suemasa (Japon) avait établi un premier chrono de référence, qui a tenu jusqu’au passage de la Française Myriam Nicole, de retour en forme après avoir été blessée en début de saison. Avant-dernière concurrente à partir, Manon Carpenter (Grande-Bretagne) a vu ses espoirs de podium s’envoler dès le premier virage, sur une chute. Atherton est alors descendue 3’’114 plus vite que Nicole, alors que Tracey Hannah (Australie), reléguée à 9’’453, a décroché la quatrième médaille de bronze de sa carrière aux Championnats du Monde.

Rachel Atherton

« Je ne peux pas y croire », a déclaré Atherton. « J’étais persuadée que Tracey allait l’emporter, elle a réalisé une très belle course sur cette piste poussiéreuse. Je suis descendue à bloc, ma saison a été tellement belle que je n’avais pas peur de chuter. Cette piste est insensée, complètement folle. On ne peut pas calculer, il faut juste se lancer et se laisser glisser jusqu’en bas. C’est tellement fou, un sport de dingue. Rien ne peut procurer des émotions pareilles, je souhaite à tout le monde d’en faire un jour l’expérience. »

« C’est évidemment la fin d’une formidable saison », a-t-elle poursuivi. « Remporter toutes les épreuves de Coupe du Monde ? On peut dire que c’est le dénouement rêvé d’une saison de rêve. Je suis complètement épuisée. Je suis contente que ce soit la dernière course, mais je suis un peu triste dans le fond. La saison est terminée, elle appartient désormais à l’histoire, on ne peut plus revenir en arrière. Je n’atteindrai probablement jamais à nouveau le niveau que j’ai aujourd’hui, j’en suis très heureuse et je vais en profiter. Merci à tous ceux qui m’ont soutenue, cela compte énormément. »

Podium elite Femmes

Alors que 20 coureurs restaient à s’élancer, l’ancien Champion du Monde Junior Laurie Greenland (Grande-Bretagne) est le premier à avoir fait mieux que le temps réalisé en qualifications par son compatriote Danny Hart. Il a conservé les commandes jusqu’au passage du top 10, Florent Payet (France) échouant derrière lui. Parmi les cinq derniers coureurs, le tenant du titre Loïc Bruni (France) a été victime d’une crevaison à mi-parcours. Pointé troisième au second intermédiaire, Greg Minnaar (Afrique du Sud) a réalisé un départ solide avant de franchir la ligne en septième position.

Alors qu’ils n’étaient plus que trois, Hart, qui restait sur trois victoires consécutives en Coupe du Monde, a finalement pris la tête, avec plus de trois secondes d’avance, en se montrant le plus rapide sur chaque portion. Troy Brosnan (Australie) a terminé à la quatrième place, tandis que le vainqueur de la Coupe du Monde, Aaron Gwin (États-Unis), dernier à partir, a crevé peu après le départ, offrant à Hart son deuxième titre mondial, devant Greenland et Payet.

« Je savais après l’année que j’ai connue que j’étais en mesure de m’imposer », a confié Hart. « J’ai travaillé dur, c’était depuis longtemps un gros objectif pour moi, mais j’ai réussi à ne pas ressentir trop de pression cette semaine. Je me suis dit que j’avais remporté les trois dernières étapes de Coupe du Monde, que je devais juste faire ma course et voir le résultat. Et j’ai gagné ! »

« Les derniers mois ont été fantastiques après avoir connu beaucoup de déboires ces cinq dernières années [depuis son premier titre mondial en 2011] », a-t-il ajouté. « Je me demandais ce qui se passait, pourquoi je n’y arrivais plus. Et tout est revenu tout d’un coup. Ça n’a pas été simple de retrouver mon meilleur niveau. J’ai apporté la plus belle des répondes à tous ceux qui pensaient que je n’étais que l’homme d’une course. J’en ai gagné quatre de suite désormais, ce n’est pas donné à tout le monde. »

Podium elite Hommes

Dans la catégorie Junior, Missiaggia a écrasé la course féminine, avec 11’’946 d’avance sur Samantha Kingshill (États-Unis), et 25’’960 sur Flora Lesoin (France), troisième. 

Podium Junior Hommes

Le Canada a réalisé le doublé chez les hommes. Iles, en 3’47’’405, est le seul à être descendu sous les 3’50’’. Il a devancé son compatriote Magnus Manson de 3’’796 et le Français Gaëtan Vige de 4’’610.

Podium Junior Hommes

Tous les résultats.

Partenaires Officiels UCI

Top