Skip over navigation
Cyclisme en salle
newsTag:
newsid: 184700
Cyclisme en salle

Cyclisme artistique : quatre des cinq Champions du Monde UCI défendront leur titre en Autriche

Championnats du Monde Cyclisme en Salle UCI 2017
Championnats du Monde Cyclisme en Salle UCI 2017

À en croire Günter Nicolussi, le pays hôte des Championnats du Monde de Cyclisme en Salle UCI, qui auront lieu ce week-end à Dornbirn, devrait repartir avec un titre ou, à tout le moins, une place sur le podium. L'entraîneur national de cyclisme artistique ne tarit pas d'éloges sur ses protégés et n'hésite pas à dresser un parallèle entre la région de Vorarlberg, où la compétition doit se dérouler, et les perspectives autrichiennes. « Notre pays n'est pas très étendu, mais nous avons de hautes montagnes. Tous les deux ou trois ans, nous montons jusqu'au sommet et c'est la raison pour laquelle je pense que nous pouvons ramener une médaille d’or. »

Individuel Femmes : de grands espoirs pour le pays hôte

On l'aura compris, le pays hôte n'entend pas repartir les mains vides de la fête qu'il organise. Certaines de ses représentantes visent même ouvertement le titre. Hubert Schneider, directeur du Comité organisateur, confirme : « Je pense que deux de nos femmes, Adriana Mathis et Julia Walser, ont tout à fait les moyens de s'imposer. La compétition s'annonce très ouverte dans cette catégorie. Tout va se jouer sur les nerfs et sur la forme du moment. »

Adriana Mathis avait créé la surprise lors de l'édition 2015 en décrochant le maillot arc-en-ciel de l'UCI après une présentation parfaite dans le Final-4. La pensionnaire du RC Meiningen a pour elle l'avantage de l'expérience. Elle s'apprête en effet à disputer ses sixièmes Championnats du Monde UCI. Les grands rendez-vous n'ont donc plus de secrets pour elle.

À l'inverse, Julia Walser (16 ans), de Gisingen, fête sa deuxième participation. « Si tout se passe bien, Julia peut tout à fait aller au bout », confirme Schneider. À Dornbirn, toutes les conditions d'un succès autrichiens seront certainement réunies. Et Schneider d'ajouter : « La compétition aura lieu au même endroit qu'en 2008 et, à l'époque, la salle avait fait l'unanimité. »

Les Autrichiennes devront toutefois compter avec la concurrence de deux redoutables Allemandes, Viola Brand (Unterweissach) et Milena Slupina (Bernlohe). La première sera présente pour la quatrième fois à ce niveau, après avoir remporté l'argent en 2016. Slupina, pour sa part, vivra son baptême du feu aux Championnats du Monde UCI.
Dans l'ombre des favorites, deux Suissesses pourraient bien créer la surprise : Seraina Waibel (Pfungen) et Nathalie Walter (Löhningen). La tenante du titre Lisa Hattemer (Allemagne) ne sera pas là pour défendre ses chances, après avoir échoué dans les qualifications. Nicole Frybortova manquera également à l'appel. La Slovaque préfère en effet se concentrer sur l'exhibition.

Epreuve par équipes de quatre : la Suisse défendra son titre

Portée par une saison solide, la Suisse, tenante du titre, apparaît comme favorite à sa propre succession. Melanie et Jennifer Schmid, Céline Burlet et Flavia Zuber de Sirnach abordent la compétition avec la meilleure performance mondiale de l'année et le record du monde. Mais Steinhöring n'entend pas se contenter du rôle de faire-valoir. Le quatuor, qui compte plusieurs anciennes championnes du monde UCI dans ses rangs, a annoncé qu'il mettrait fin à sa carrière à l'issue de cette épreuve. Katharina Gülich, Michaela Schweiger, Ramona Ressel et Ramona Strassner rêvent de quitter la scène du cyclisme artistique sur un titre mondial.

ACT 4

La seule équipe mixte, qui représentera l'Autriche, vise pour sa part la médaille de bronze. Leonie Huber, Lea Schneider, Julia Wetzel et Lukas Schneider (RC Höchst) tenteront de reprendre la troisième place à la Slovaquie (Alica Vinczeova/Dora Szabo/Viktoria Glofakova/Henrietta Domin), qui était montée sur le podium l'année dernière.

Double Femmes : les sœurs Thürmer visent à nouveau l’or

L'Allemagne ne fait pas mystère de ses ambitions dans l'épreuve en duo. Pour les sœurs Julia et Nadja Thürmer (Mainz-Finthen), championnes du monde UCI en titre, tout autre résultat qu'un nouveau triomphe serait perçu comme un échec. Tout au long de la saison, leur domination a été totale. La deuxième place semble promise à une autre famille, les sœurs Lena et Lisa Bringsken (Böhl-Iggelheim). Toutefois, aucune de ses équipes ne peut se permettre le moindre faux-pas car, dans cette compétition, les points perdus se paient souvent très cher.

Les espoirs de médaille autrichienne reposeront sur Rosa Kopf et Svenja Bachmann (Sulz). Au printemps, la paire a obtenu la médaille de bronze du Championnat d’Europe U-19. Leurs principales concurrentes pour une place dans le Final-4 seront certainement les Suissesses Laura Bruder/Julia Hämmerli (vice-championnes d'Europe U-19 - Hombrechtikon/Stäfa) et Fabienne Gamper/Rahel Nägele (Uzwil/Wülfingen), troisièmes des Championnats du Monde UCI en 2016. Avec un peu de réussite, Anna Lins et Elisa Engljähringer (Altenstadt/AUT) pourraient également se mêler à la lutte.

Epreuve ouverte par équipes de deux : duel allemand en perspective

Mais le duel le plus captivant de cette année aura sans doute lieu dans l'épreuve ouverte par équipes de deux. Après quatre succès relativement tranquilles aux Championnats du Monde UCI, le duo André et Benedikt Bugner (Klein-Winternheim/GER) se retrouve cette année sous pression. Au fil du temps, la doublette composée de Serafin Schefold et Max Hanselmann (Öhringen) a troqué ses habits de dauphin pour se muer en un sérieux rival. La compétition a atteint son paroxysme à l'occasion du championnat d'Allemagne, qui a vu la distribution de deux titres. Durant la Coupe des Trois Nations (GER - AUT - SUI) la paire Hanselmann/Schefold a pris l'ascendant.

En ce qui concerne la médaille de bronze, trois équipes peuvent nourrir des ambitions. Le public autrichien aimerait naturellement voir Marcel Schnetzer/Jana Latzer (Altenstadt/AUT) rééditer l'exploit réalisé en 2016. Ip Hin Bon/Yu Pok Man (Hong Kong) ont déjà goûté à l'ivresse du podium et on imagine qu'ils auront à cœur de concrétiser la meilleure chance de médaille pour l'Asie. Toutefois, le duo mixte Lukas Burri et Fabienne Hammerschmidt (Uzwil/SUI) est aussi en pleine ascension. Cinquième l'an passé, il vise ouvertement une place dans le trio de tête, mais la concurrence s'annonce particulièrement rude. Avec la troisième meilleure performance mondiale de l'année, ils ont cependant toutes les raisons de se montrer optimistes.

Individuel Hommes en tombée de rideau

La grande finale de dimanche sera réservée aux hommes en individuel. À condition d'éviter les erreurs, Lukas Kohl (Kirchehrenbach/GER) peut espérer boucler sa deuxième participation aux Championnats du Monde UCI sur un titre. Son compatriote Moritz Herbst (Wendlingen/GER) sera toutefois à l'affût de la moindre erreur et ce n'est pas son statut de débutant à ce niveau qui risque de l'intimider. Normalement, les deux premières places ne devraient pas leur échapper.

Single

La lutte pour le bronze semble plus ouverte que jamais, suite au retrait du Suisse Yannick Martens, troisième en 2016. Habitués des podiums, Wong Chin To (Hong kong) et Lukas Buri (Uzwil/SUI) devraient logiquement faire parler leur expérience. Mais Martin Schön (Bukod/HUN) tient là une chance unique d'offrir à son pays la première médaille de son histoire aux Championnats du Monde UCI..

Partenaires Officiels UCI

Top