Skip over navigation
Développement
newsTag:
newsid: 185424

Gros plan sur sur la Jamaïque

La Blissett Memorial Classic, épreuve populaire du calendrier de la JCF
La Blissett Memorial Classic, épreuve populaire du calendrier de la JCF

 

« Les Jamaïcains adorent le cyclisme. Les Jamaïcains adorent le sport en général. Ils aiment gagner et ils ne sont pas du genre à baisser les bras. »

Ces propos viennent de la Présidente de la Fédération Jamaïcaine de Cyclisme (JCF), Joylene Griffiths, bien décidée à voir la nation caribéenne reproduire dans le cyclisme les prouesses qu’elle réalise dans d’autres sports, comme l’athlétisme.

« Trépidante, enthousiasmante, inspirante, instructive ». Tels sont les adjectifs que Joylene Griffiths utilise pour qualifier la mission dans laquelle elle est engagée depuis son élection à la tête de JCF, en novembre 2017.

Il faut dire qu’elle a dressé une longue liste de priorités : renforcement de l’efficacité administrative de la fédération, poursuite du dialogue avec le gouvernement autour de la construction d’un nouveau vélodrome, création d’un calendrier des épreuves locales et internationales, prise de contact avec des sponsors potentiels, introduction du cyclisme dans le parcours scolaire et présence d’un cycliste jamaïcain aux Jeux du Commonwealth (Gold Coast, Australie, en avril).

La nouvelle Présidente vise haut mais elle fait preuve d’optimisme pour le cyclisme, que ce soit au niveau Élite ou en pratique loisir. Elle estime que la Jamaïque possède un réservoir de talents qui ont simplement besoin du soutien nécessaire pour faire éclater leur potentiel. Le pays dispose de neuf clubs de cyclisme. Le week-end, il est monnaie courante de voir des groupes de cyclistes rouler de Kingston à Port Royal, et du côté de Montego Bay.
À ses yeux, la clé de la croissance du cyclisme consiste à faire enfourcher le vélo aux Jamaïcains dès leur plus jeune âge.

 

L'introduction du cyclisme dans les écoles

« Ma grande ambition pour le cyclisme en Jamaïque, c’est de lancer un programme destiné aux jeunes », déclare la Présidente de la JCF, qui, avant d’intégrer l’administration du cyclisme, avait joué un rôle majeur dans l’organisation de stages de formation estivaux destinés aux jeunes, il y a quelques années. En plus d’apprendre à des enfants de centre-ville à faire du vélo, ces camps leur ont également inculqué les bases de la mécanique d’une bicyclette, de l’hygiène, de l’hydratation et de la sécurité routière.

Depuis son élection à la tête de la JCF, elle a mis en place des rencontres avec des directeurs d’établissements scolaires et des élèves afin de leur faire part de ses idées.

« Ma vision, c’est d’incorporer le cyclisme dans les écoles et d’organiser un championnat national scolaire, un peu comme ce qui se fait pour l’athlétisme. C’est grâce à cette approche que l’athlétisme a obtenu tant de succès pour la Jamaïque », décrit-elle.

« En procédant de la sorte, nous allons dénicher de nouveaux talents, alimenter la passion et l’enthousiasme pour le cyclisme, et conquérir des supporters et des partenaires, dont nous avons bien besoin. »

Montrer l'exemple

La Présidente de la JCF Joylene Griffiths

Pour dynamiser le cyclisme féminin, Joylene Griffiths s’inspire du modèle de Cycling Australia. En plus d’accompagner les athlètes de haut niveau évoluant dans l’élite, la fédération australienne encourage les femmes à pratiquer un cyclisme santé et plaisir. Elle a d’ailleurs promis de montrer l’exemple en remontant elle-même sur le vélo.

« La Jamaïque surfe actuellement sur une vague de sensibilisation à la pratique de l’activité physique. Le timing est donc parfait pour introduire toute nouvelle activité qui incite les gens à bouger. Un programme dédié au cyclisme féminin recevrait un accueil favorable de la part de notre ministre de la Santé, qui pilote une initiative baptisée Jamaica Moves. »

Le nouveau vélodrome, une priorité

Parlez cyclisme avec Joylene Griffiths et la conversation se portera immanquablement sur la construction d’un vélodrome en Jamaïque. Il existe bien un vélodrome au stade national de Kingston, mais les meetings d’athlétisme, les matches de football et les célébrations officielles prennent le pas sur le cyclisme. C’est ainsi que le mois de février est exclusivement dédié aux championnats d’athlétisme, ce qui signifie que le vélodrome est inutilisé. De toute façon, il est prévu qu’il soit supprimé.

« Un nouveau vélodrome pourrait incontestablement propulser le cyclisme dans une nouvelle ère », lance la Présidente de la JCF. « Il nous donnerait la possibilité d’accueillir des compétitions régionales, d’améliorer la formation sur piste, d’organiser davantage d’événements consacrés au développement et d’attirer des sponsors. »

Dans son lobbying auprès du gouvernement pour la construction d’un nouveau vélodrome, elle peut compter sur le soutien et l’étroite collaboration du Comité national olympique jamaïcain, la Jamaican Olympic Association (JOA), qui possède un directeur détaché au cyclisme. Précisons au passage que le cyclisme est le seul sport, en dehors de l’athlétisme, à avoir rapporté une médaille olympique au pays. (David Weller avait décroché le bronze sur le kilomètre lors des Jeux de Moscou, en 1980). Or la JOA et la JCF ont à cœur d’alimenter le compteur de médailles du cyclisme à l’avenir.

Oshane Willams disputant une épreuve de développement de la JCF dans le stade national

« La Jamaïque a de bonnes chances de remporter une médaille aux Championnats du Monde et aux Jeux Olympiques, prédit la dirigeante. Nous avons le talent brut et la motivation. Nous avons simplement besoin de soutien financier. Le cyclisme n’a jamais eu de grand sponsor. Il est donc temps de construire des partenariats de plus grande ampleur. »

Le pistard Oshane Williams, 22 ans, est la star montante du cyclisme jamaïcain et la grande chance de médaille du pays aux Jeux du Commonwealth. Nettement au-dessus du lot sur la scène nationale, il doit encore s’étalonner à ce qui se fait de mieux dans le monde.

« Ce sera sa première et plus grande compétition internationale. Il a encore beaucoup de chemin à parcourir mais il a la soif de vaincre. Une belle prestation de sa part aux Jeux du Commonwealth donnera un coup de fouet à notre sport en Jamaïque. 

« Je me suis présentée à la présidence de la Fédération Jamaïcaine de Cyclisme car je veux donner à la Jamaïque l’opportunité d’entonner l’hymne national non seulement pour l’athlétisme mais aussi pour le cyclisme. »

 

Partenaire UCI World Cycling

Partenaires Officiels UCI

Fournisseurs Officiels UCI

Top