Skip over navigation
Cyclo cross
newsTag:
newsid: 185183
Cyclo-cross

Zoom sur le cyclo-cross aux Pays-Bas

Mathieu Van der Poel (NED) - Championnats du Monde Cyclo-cross UCI 2017 - Bieles (LUX)
Mathieu Van der Poel (NED) - Championnats du Monde Cyclo-cross UCI 2017 - Bieles (LUX)

Les Championnats du Monde Cyclo-cross UCI Valkenburg 2018 approchent à grands pas. À l’Union Royale Néerlandaise de Cyclisme (KNWU), Gerben de Knegt est l’homme de l’ombre. Celui qui attire les foules, qui occupe le haut de l’affiche, c’est Mathieu Van der Poel. Dominateur depuis le début de la saison 2017-2018, il est le grand favori pour s’emparer du titre mondial dimanche.

« Avec Mathieu Van der Poel, nous possédons un ambassadeur de rêve, estime Knegt. Tout le monde s’identifie à Mathieu. C’est génial. Si seulement quelques équipes néerlandaises voyaient le jour. Nous en avons quelques-unes, mais pas avec les gros moyens financiers des équipes belges. »

L’entraîneur principal de la KNWU (42 ans) travaille d’arrache-pied pour aider les jeunes coureurs néerlandais. Le cyclo-cross n’est pas le sport le plus populaire aux Pays-Bas en hiver, mais la KNWU est consciente qu’elle doit utiliser cette dynamique pour soutenir la discipline à plusieurs niveaux. C’est la huitième fois que les Pays-Bas accueillent les Championnats du Monde Cyclo-cross UCI, mais la première que Valkenburg en est la ville hôte.

Dans les belles années d’une carrière essentiellement passée sous les couleurs de la Rabobank, De Knegt combinait cyclo-cross et mountain bike. Ce passionné de cyclo-cross a remarqué un changement radical dans la discipline au cours des dernières décennies. Il se rappelle ainsi du temps où il se rendait sur les courses avec sa voiture : « Ce n’est que dans les dernières années que j’ai eu un camping-car. C’était génial, mais je trouvais aussi que c’était sympa de venir en voiture sur les courses. C’était bien moins stressant. Aujourd’hui, tout le monde arrive à la course six heures avant le départ. Nous, on ouvrait le coffre, on faisait notre course et on filait aux vestiaires. C’était complètement différent. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus professionnel, mais ce n’est pas forcément mieux. Je vois beaucoup de jeunes coureurs dans leurs camping-cars qui téléphonent et qui envoient des textos. Je trouve que c’est un peu trop organisé. »

Entre les deux dernières manches de la Coupe du Monde UCI de Nommay (France) et de Hoogerheide (Pays-Bas), De Knegt garde un œil sur le parcours de Valkenburg. « Ce n’est pas encore prêt. Certaines portions sont bloquées car sinon, il n’y aurait plus d’herbe. Il va falloir attendre et voir si c'est encore humide pour le premier entraînement libre. Si c’est le cas, il n’y aura plus du tout d’herbe au bout d’une heure. C’est une bonne chose pour Mathieu. Physiquement et surtout techniquement, il est suffisamment fort. »

Lars van der Haar (NED) - Championnats du Monde Cyclo-cross UCI 2017 - Bieles (LUX)

Mathieu Van der Poel est la tête de gondole de la formation néerlandaise. S’il n’a peut-être pas eu besoin de beaucoup de conseils pour réussir, de nombreux autres coureurs ont pu trouver un accompagnement auprès de la KNWU. Lors des manches de la Coupe du Monde Cyclo-cross UCI Telenet, les Pays-Bas alignent souvent l’un des contingents les plus imposants. Les Néerlandais ne se contentent pas de participer, ils récoltent aussi des victoires dans l’ensemble des catégories et ce depuis de nombreuses années. La KNWU a contribué au développement de cyclo-crossmen et de cyclo-crosswomen désormais célèbres tels que Lars Boom, Marianne Vos, Lars van der Haar, Thalita de Jong et donc Mathieu Van der Poel. Dans chaque discipline, les Pays-Bas parviennent toujours à emmener cinq éléments à haut niveau. Cela n’est pas le fruit du hasard.

Vos (NED) - Championnats du Monde Cyclo-cross UCI 2017 - Bieles (LUX)

« Cela fait plusieurs années que nous avons quelques aménagements en place, explique l’entraîneur principal. Avant la saison, je prépare un programme pour l’année et je crée des groupes de talents. Je désigne quelques jeunes coureurs qui peuvent bénéficier d’un accompagnement. J’organise un petit stage d’entraînement avant le début de la saison. C’est là que j’explique comment se passent les sélections pour la Coupe du Monde et ce que nous apportons, notamment six sites d’entraînement dans le pays. La KNWU fournit une aide sur la Coupe du Monde, les Championnats d’Europe et les Championnats du Monde. Nous nous rendons systématiquement sur ces compétitions avec des garçons Juniors et des hommes et des femmes Moins de 23 ans. Nous prenons tout en charge là-dessus. Nous avons également six sites d’entraînement nationaux qui fonctionnent le mercredi après-midi. Je suis responsable de ces sites et c’est moi qui dirige les entraînements à Alphen. Je vois les coureurs le week-end, le mercredi et parfois le jeudi, pour un entraînement complémentaire. Même s’ils courent pour une équipe, je vois souvent les coureurs, c’est très bien. Mon prédécesseur, Nico van Hest, a récemment pris sa retraite. Il a dirigé les séances d’entraînement pendant 35 ans. Les sites d’entraînement rencontrent un vif succès. Si j’acceptais tout le monde, nous aurions probablement 120 coureurs à l’entraînement. En ce moment, nous fonctionnons avec deux groupes, les hommes et les femmes. Nous avons 25-30 femmes. C’est extraordinaire. C’est dingue que cela n’existe pas en Belgique. »

Dans sa jeunesse, Gerben de Knegt avait participé à des séances d’entraînement à Alphen, tout comme d’anciennes pointures comme Adrie Van der Poel, Sven Nys et Richard Groenendaal.

« La Fédération Nationale nous a toujours apporté un soutien exceptionnel. Pendant 20 ans, la Rabobank a soutenu non seulement l’équipe mais aussi la Fédération. Il y avait toujours le budget nécessaire pour faire les choses. La Rabobank affectionnait particulièrement le cyclo-cross, elle avait même ajouté une enveloppe exclusivement destinée au cyclo-cross. Malheureusement, elle s’est retirée si bien qu’il est désormais beaucoup plus difficile d’obtenir les fonds nécessaires pour le cyclo-cross. Mécaniciens, soigneurs, bus... Tout cela coûte de l’argent. Si je veux utiliser un bus d’équipe, il faut mettre la main à la poche. »

Le cyclo-cross perçoit certes des fonds de la part du sponsor en titre de la Fédération Nationale, mais il ne possède pas un partenaire spécifique à la discipline. Selon De Knegt, ce manque de budget conduit les grands talents néerlandais désireux de passer professionnels à signer dans des équipes belges.

Annemarie Worst (NED) - Championnats du Monde Cyclo-cross UCI 2017 - Bieles (LUX)

Malgré tout, il affirme que la situation du cyclo-cross néerlandais n’est pas désastreuse. « Il reste encore du budget, c’est certain. Cela semble suffisant pour assurer l’avenir à court terme, mais ce n’est plus aussi confortable qu’avant. Mais je reste optimiste. Nous avons tout un tas de coureurs avec un gros potentiel donc l’avenir s’annonce prometteur. »

De Knegt se réjouit de voir que le cyclo-cross conserve toute sa popularité. « Le circuit national est énorme. Aux Championnats Nationaux, les listes de départ des courses Masters et Amateur étaient gigantesques. Il y avait 75 coureurs Juniors. Cela dit, nous n’avons pas beaucoup de courses professionnelles, à l’exception de Valkenburg, Hoogerheide, Gieten, Woerden, Surhuisterveen, Hulst, Rosmalen et parfois Huijbergen. »

En tout cas, De Knegt espère que les Championnats du Monde UCI organisés à Valkenburg vont générer une nouvelle dynamique.

« Nous avons des candidats au podium dans toutes les catégories, mais il va falloir que les choses aillent dans notre sens. Les Championnats du Monde donnent toujours lieu à des courses bizarres. Il est évident que ce ne sera pas une promenade de santé pour Mathieu Van der Poel d’aller chercher le titre mondial, vraiment pas. J’espère juste qu’il pourra défendre ses chances sans être victime de la poisse. Je ne crains pas de bloc belge. Le parcours va être très difficile. Il sera peut-être confronté à un bloc à un moment donné mais il est très fort et il n’existe aucune tactique pour lutter contre cela. »

Joris Nieuwenhuis (NED) - Championnats du Monde Cyclo-cross UCI 2017 - Bieles (LUX)

Partenaires Officiels UCI

Top