Skip over navigation
Cyclo cross
newsTag:
newsid: 185216
Cyclo-cross

Le cyclo-cross en Irlande : dans les coulisses d’un pays émergent

Coupe du Monde Cyclo-cross UCI Telenet 2017-2018, Hoogerheide (NED)
Coupe du Monde Cyclo-cross UCI Telenet 2017-2018, Hoogerheide (NED)

Pendant les Championnats du Monde Cyclo-cross UCI 2018 à Valkenburg-Limburg (du 3 au 4 février), les pays réputés dans cette discipline, comme la Belgique et les Pays-Bas, seront certainement au centre de l’attention. Bien que des nations moins connues en cyclo-cross ne gagnent pas encore de médailles, nombreuses sont celles qui investissent du temps et des ressources pour aider leurs coureurs à se rapprocher des meilleurs. Nous nous sommes intéressés au développement du cyclo-cross en Irlande.

Une semaine avant les Championnats du Monde UCI, un « camp Irlande » de bonne taille se tenait sur l’emplacement de l’équipe à la dernière étape de Coupe du Monde à Hoogerheide. La sélection irlandaise s’est installée à Bertem, en Belgique, pour une semaine entière. Le groupe est emmené par Andy Layhe, qui est sans aucun doute l’organisateur de cyclo-cross le plus passionné d’Irlande.

« J’occupe cette position bénévole de coordinateur pour Cycling Ireland Cyclo-cross depuis environ 1 an, et je me suis concentré sur la mise en place de structures stables qui nous aideront à progresser. J’ai grandi en Angleterre, et le cyclo-cross a été ma vie pendant plus de 30 ans. J’ai remporté le UK National Trophy Series et j’ai roulé pour mon pays dans toute l’Europe et aux Championnats du Monde. J’ai le cyclo-cross dans le sang, et quand je vois de jeunes coureurs qui aiment cette discipline et qui cherchent à s’améliorer, je sais que mon travail en vaut la peine », a confié Layhe. Il est fier de voir que le cyclo-cross irlandais est en plein essor. « Le cyclo-cross est la discipline cycliste qui évolue le plus rapidement », s’est réjoui Layhe.

« Il y a une vingtaine d’années, nous n’avions qu’une poignée de coureurs qui faisaient du cyclo-cross, et la discipline ne servait que d’entraînement pendant les mois d’hiver aux coureurs sur route. Aujourd’hui, des coureurs sont spécialisés en cyclo-cross. Nous avons également quatre ligues provinciales qui prennent place chaque weekend pendant la saison où, très souvent, entre les catégories Juniors et Élites, il peut facilement y avoir jusqu’à 800 coureurs. »

Même certains des gros pays de cyclo-cross seraient impressionnés par ces chiffres. Les coureurs irlandais n’ont cependant pas encore laissé leur empreinte au plus haut niveau : « Nous n’avons pas de coureurs professionnels de cyclo-cross pour ainsi dire, mais l’Irlande a toujours eu une tradition de cyclisme sur route, née de l’époque Kelly/Roche. Désormais, nous avons des spécialistes du cyclo-cross, et certains sont au départ de courses en Europe pour gagner en expérience et pour connaître des parcours de meilleure qualité. Je pourrais notamment citer David Conroy (Scott-Eurocycles.com), un coureur U23 qui s’est installé en Belgique cette saison », explique Layhe. « Il nous reste du chemin à parcourir, c’est évident, mais nous construisons doucement les bases d’une équipe nationale stable de jeunes, avec des coureurs entre U14 et U23. Notre objectif principal est de faire progresser nos jeunes, leur enseigner une technique. Nous avons de nombreux coureurs prometteurs U14 et U16 dans notre système. »

David Conroy, Homme U23

Ces jeunes seront grandement aidés par un nouveau terrain d’entraînement entièrement consacrée à leur discipline. « Le National Sports Campus à Dublin m’a contacté pour concevoir et fournir des infrastructures et un parcours de cyclo-cross permanent sur leur enceinte. Le National Sports Campus est le siège social des fédérations sportives les plus importantes d’Irlande comme le football, les disciplines aquatiques et équestres, ainsi que la GAA (l’association athlétique gaélique), donc ce serait fantastique que le cyclo-cross y soit représenté. J’ai conçu un parcours aux normes UCI et des infrastructures où nous pouvons faire progresser nos coureurs en un seul et même endroit. Nous espérons un jour pouvoir organiser un événement UCI majeur. La construction du parcours devrait commencer sous peu », a précisé Layhe.

Le coordinateur essaie d’apprendre auprès d’experts, et il les invite en Irlande pour motiver encore plus ses coureurs. « Courant octobre, j’ai pu participer au camp de cyclo-cross en Suisse grâce à ma position. J’ai rejoint Rudy De Bie, [ancien, N.D.L.R.] coach national belge, et de jeunes coureurs très talentueux des quatre coins du monde. Comme j’étais là-bas, j’ai proposé à Rudy de nous rendre visite en Irlande pour passer un jour avec notre équipe de jeunes. Nous avons également suivi des séances de formation dispensées par Helen Wyman et l’ancien coach de Grande-Bretagne, Martin Eadon. Ils ont tous grandement contribué au développement de nos coureurs et nous les en remercions. »

Ces dernières années, le cyclo-cross féminin a explosé de façon incroyable au plus haut niveau. De plus en plus de coureuses de premier plan dans d’autres disciplines choisissent de passer l’hiver à courir dans plusieurs étapes de la Coupe du Monde Cyclo-Cross UCI Telenet, puis aux Championnats du Monde UCI juste après. « Notre section féminine se développe elle aussi bien, et j’ai organisé des journées de formation sur le cyclo-cross spécialement pour femmes, qui ont été un réel plaisir. Je conseille et j’aide autant de coureuses que je peux en cyclo-cross, notamment Lara Gillespie, une coureuse de 16 ans. Lara, qui a déjà remporté une médaille d’argent en contre-la-montre aux Jeux olympiques de la jeunesse, a choisi de se concentrer sur le cyclo-cross cette saison, et a remporté le classement général aux FIXX Series ainsi que le championnat national des femmes Élites il y a quelques semaines. Lara est jeune, elle apprend encore, mais ce qui est important est qu’elle aime le cyclo-cross, qu’elle voit comme un moyen de devenir meilleure. Elle a été sélectionnée pour participer à la course U23 Femmes aux Championnats du Monde UCI Cyclo-cross. Même si c’est l’une des plus jeunes coureuses présentes, elle n’y sera que pour accumuler de l’expérience et se faire plaisir. »

La maison temporaire des Irlandais à Bertem (BEL)

Outre les futurs terrains d’entraînement à Dublin, il reste énormément de travail à Layhe pour relever le niveau du cyclo-cross en Irlande. Et pour réaliser cela, il faut des fonds. L’irlandais a réussi à obtenir de l’aide pour ses coureurs grâce à des sponsors comme KASK et Juice Lubes. Mais pour augmenter la qualité des courses et du développement, il en faudrait plus. « Nous aimerions attirer de plus gros sponsors pour nos grands événements et créer une ligue nationale. Comme le cyclo-cross n’est pas un sport olympique, il est plus difficile de trouver des financements que pour les disciplines sur route et sur piste. J’espère vraiment que cette situation changera tandis que ce sport évolue. Après tout, le cyclo-cross peut apporter aux jeunes coureurs toutes les compétences nécessaires qu’ils peuvent ensuite transférer à d’autres disciplines en grandissant. N’oubliez pas que Peter Sagan a commencé sa carrière avec le cyclo-cross – où pensez-vous qu’il a tout appris ? » demande Larry avec un clin d’œil.

Peter Sagan a terminé second lors des Championnats du Monde UCI Cyclo-Cross à Trévise dans la catégorie Hommes Juniors. La Slovaquie n’étant pas le plus grand pays de cyclo-cross au monde, il y a donc une chance que l’Irlande puisse elle aussi produire de grands champions dans les années à venir.

Partenaires Officiels UCI

Top