Skip over navigation
BMX
newsTag:
newsid: 164932
BMX

A propos

BMX
BMX

Le BMX (abréviation de Bicycle Moto Cross) a vu le jour à la fin des années 60 en Californie, alors que le motocross prenait son essor aux Etats-Unis. En avril 1981, la Fédération Internationale de BMX était fondée, et les premiers Championnat du Monde se déroulèrent en 1982. Depuis janvier 1993, le BMX est officiellement reconnu par l’Union Cycliste Internationale.

Ce sport d’action, accessible à tous, a immédiatement connu un énorme succès, plus particulièrement en Californie. Au début des années 1970, une fédération de BMX a été fondée aux Etats-Unis. Son apparition marque la naissance officiel du BMX. Toujours dans les années 70, le BMX est apparu sur les autres continents et plus particulièrement en Europe en 1978.

En avril 1981, la Fédération Internationale de BMX a été créée, et les premiers Championnats du Monde eurent lieu en 1982. Le BMX s’est rapidement développé comme un sport à part entière, et après quelques années, avait clairement plus de points communs avec le cyclisme qu’avec le motocyclisme au niveau réglmentaire. De fait, depuis janvier 1993, le BMX a été complètement intégré à l’Union Cycliste Internationale.

DEUX SPÉCIALITÉS

BMX SUPERCROSS (au programme olympique)
Le BMX Supercross se court sur un circuit de 350m. Huit pilotes s’élancent depuis une rampe de 8m de haut et s’affrontent sur un parcours alternant bosses, virages relevés et segments plats. La lutte pour la première place est acharnée, car il faut arriver dans les 4 premiers lors des manches éliminatoires pour disputer la finale. Suivant la section, la tactique consiste à amortir les sauts pour gagner en rapidité, ou à prendre de la hauteur (les pilotes se propulsent à près de 5 mètres de haut).

BMX FREESTYLE
Le freestyle consiste à réaliser des figures et des sauts, au sol, sur des obstacles ou sur une rampe. Le freestyle se pratique entre initiés ou lors de « contests » tels que les X-Games le plus célèbre d’entre eux. Les riders sont jugés sur les figures effectuées (difficulté,originalité et style).

LES SPÉCIALITÉS DU BMX FREESTYLE

PARK
Il s’agit de réaliser un enchaînement de figures sur différents modules (plans inclinés, murs, plateformes,etc.). Il se pratique dans des « skateparks ».

VERT (abréviation de Vertical)
Il consiste à faire des figures sur une rampe de 4 mètres en forme de « U ». Les parois de la rampe sont verticales au sommet de cette dernière. Les meilleurs riders décollent à 4,50 mètres au-dessus de la rampe. Le vert est une spécialité très exigeante. Elle nécessite des années d’entraînement.

FLAT
Le rider effectue ici un enchaînement de figures, exclusivement sur un sol plat, souvent en équilibre sur une seule roue. Spécialité artistique, le flat peut être comparé au « hip-hop » ou au « breakdance ».

STREET
Comme son nom l’indique, le street se pratique dans la rue. Les riders utilisent le mobilier urbain (murs, mains-courantes, etc.) pour effectuer des figures. Le principe du street consiste à faire décoller les deux roues du bike sans tremplin.

DIRT
Les riders exécutent des figures sur des bosses en terre. L’espace de plusieurs mètres séparant les bosses d’appel et de réception rend les sauts extrêmement spectaculaires. La réalisation réussie de plusieurs figures lors des sauts couplée à leur degré de difficulté permet de couronner le meilleur rider.

Partenaires Officiels UCI

Top